Recherches - Commoni - selon Wikipedia 2018


[NDLR : Tout ce que je sais, c'est que je ne sais rien] Source Wikipedia mars 2018

Les Commoni étaient, d’après d’anciens historiens, une peuplade ligure qui aurait habité entre les villes actuelles de Marseille et Fréjus. Les historiens actuels considèrent que les différentes thèses exprimées précédemment les concernant ne sont pas crédibles. Ils penchent maintenant pour le nom d’une ville ou le nom d’une ethnie générique. 

Variantes du nom

On trouve aussi les concernant les termes de Commones, Comani, Commani, Cumani ou Comaci 1

Les anciennes hypothèses et leur réfutation

Hypothèse Ptolémée

Claude Ptolémée dans son célèbre Manuel de Géographie en l’an 150 2 décrit le territoire des Commoni d’ouest en est par Massilia actuelle Marseille, Tauroentium actuelles Lecques, sur la commune de Saint-Cyr, Olbia de Provence sur la commune de l'actuelle Hyères et Forum Julii actuelle Fréjus

Mais les régions citées appartiennent déjà à d'autres peuples. Il est impossible compte tenu des habitudes des peuples gaulois qu’il y ait eu cohabitation de peuples 3, Ptolémée a peut-être confondu les Comani avec les Cénomani. Ce groupe historiquement plus connu aurait habité la provence et aurait traversé les Alpes pour s’installer dans la plaine du Po au IVe siècle dirigé par Bellovèse 4

Cette confusion entre Commoni et Cénomani est ensuite reprise notamment par Christophe de Villeneuve-Bargemon, préfet du Var du début du XIXe siècle.

Selon Christophe de Villeneuve-Bargemon5, Pline, en reprenant un passage de Caton d'Utique, employa le terme de Cenomani pour renommer les Commoni. Ceci a laissé penser qu'il y aurait eu une implantation de celtes Cenomans sur les terres des ligures durant l'expédition légendaire de Bellovèse, comme le pense Étienne Garcin6. Christophe de Villeneuve-Bargemon explique qu'en réalité ce ne fût pas le cas et que les Commoni ou Cenomani de Provence étaient des liguriens ou saliens. Il émet l'hypothèse que leur nom provient, en réalité, de lieu de leur implantation, près du Cœnus, puisque les ligures avaient pour habitudes de se nommer ainsi. Il précise que "man" dans les dialectes celtiques signifie "homme", "tribus", "peuple". En revanche, il ne précise pas la signification du terme de Cœnus bien qu'il renvoie, selon le dictionnaire latin-français Le Graffiot (2016) à Cænus qui signifie un "promontoire", soit "une pointe de terre, de relief élevé, qui s'avance dans la mer"7. Cenomani ou Commoni pourrait signifier "les habitants d'un relief important en bord de mer", qui peut être un élément de caractérisation du littoral provençal. Le mot Cœnus peut également se rapprocher du terme Cænum ou Cænosus qui renvoi à un espace boueux et bourbeux. Il fait le lien du nom (Secoani) donné par Étienne de Byzance avec une rivière (Secoanos) du Pays marseillais, pour désigner l'origine du nom des Commoni ou Cenomani.

Hypothèse Desjardins

Ernest Desjardins, en 1878, suggère que le nom vient simplement du Latin “Communes” qui désigne un réunion de peuples 8 Les historiens actuels jugent cela peu crédible 1

Hypothèse Clerc

Michel Clerc, en 1929, remarque qu’un roi se nommait Comanus. Ce nom ne serait donc qu’un simple épithète d’origine prouvant qu’il appartient à la tribu des Commoni. Ce roi est un des fondateurs du village portuaire de Lacydon , l’actuel Vieux-Port de Marseille. Clerc soutient donc que cette tribu serait les premiers fondateurs de Marseille. 9.

En fait ce roi s’appelait Comanos . C’est un nom d'origine celte. Comanos n’en est que sa forme latinisée. Comanos est un roi Ségobrige. Les historiens s’accordent pour dire que c’est eux qui ont fondé Lacydon

Face à cette difficulté, Clerc fusionne le terme de ville Comani et le terme de peuple Segobrigi en un seul toponyme : Ségobriga-Comanorum. Selon lui, Sego briga serait une ville , le chef-lieu du Peuple Comani.

Cette hypothèse n’est pas jugée convaincante par les historiens actuels 1

Notes

  1. Les peuples fondateurs de la Gaule , 2012, Jean-Pierre Drouin [1] [archive]
  2. Géographie chapitre II, 1 0, 4 . Ptolémée
  3. Histoire de la Gaule, réédition de 1993 - Guy Barruol
  4. Tite-Live (5, 35).
  5. Christophe de Villeneuve, Statistique du département des Bouches-du-Rhône, publiée d'après le vœu du Conseil Général du Département, quatre volumes in-quarto et un atlas in plano, éd. Antoine Ricard imprimeur du roi et de la préfecture, Marseille, 1821-1829, p. 197
  6. Étienne Garcin, Dictionnaire historique et topographique de la Provence ancienne, 1835, p. 145
  7. Le Larousse.fr, Promontoire, http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/promontoire/64297 [archive]
  8. Géographie et Histoire administrative de la Gaule romaine , 1878, Ernest Desjardins.
  9. Michel Clerc, Massalia, histoire de Marseille, 1929 [2] [archive]

Index |Info | Permalien
PDF-Imprimer-Mail

Histoires

MajFiction

MajRecherches

MajDocs

NouveauLa Maison des Comoni

Feuilleton